Last.fm et les données privées …

0
32

Last.fm a-t-il vendu ses données à la RIAA pour pouvoir mieux traquer les internautes qui télechargent de la musique en peer-to-peer ? L’info a été relayée par Ecrans.fr et provient de Techcrunch.com et fait polémique… évidemment. last.fm se défend, et Techrunch vacille … Cette news me rappelle les polémiques qui se succèdent sur Facebook notamment sur les données personnelles. Je m’étais toujours dit que cette contrainte passait après les bénéfices du service. Et puis bon, vendre ses goûts, ses préférénces, pourquoi pas après tout, si le feedback de l’entreprise acheteuse de ses données ne se fait pas trop intrusive. J’ai toujours jonglé avec plusieurs emailspour éviter ce genre de désgagrément.

Mais là, évidemment le problème porte une toute autre dimension. Je le rappelle la RIAA, c’est l’antéchrist incarné pour tout internaute téléchargeant de la musique sur Internet via peer-to-peer. Ce lobby de l’industrie musicale américaine traque elle même les internautes pour les assigner en justice. Bref, c’est un vrai flic de l’Internet. On passe donc à de la délation, et là on change d’échelle, bien sûr.

En même temps, cette polémique ne fait que renforcer une idée que je me fais : le modèle économique du business web 2.0, ce sont les données personnelles. On ne vend pas du « temps de cerveau disponible » comme pour la télévision, ou bien un bien un bon référencement comme pour Google. Non, avec les réseaux sociaux, on vend ses « clients ». Reste que cela ne plait pas forcément aux dits « clients » !