Non classé no image

Published on février 24th, 2009 | by Anthony

0

Last.fm et les données privées …

Last.fm a-t-il vendu ses données à la RIAA pour pouvoir mieux traquer les internautes qui télechargent de la musique en peer-to-peer ? L’info a été relayée par Ecrans.fr et provient de Techcrunch.com et fait polémique… évidemment. last.fm se défend, et Techrunch vacille … Cette news me rappelle les polémiques qui se succèdent sur Facebook notamment sur les données personnelles. Je m’étais toujours dit que cette contrainte passait après les bénéfices du service. Et puis bon, vendre ses goûts, ses préférénces, pourquoi pas après tout, si le feedback de l’entreprise acheteuse de ses données ne se fait pas trop intrusive. J’ai toujours jonglé avec plusieurs emailspour éviter ce genre de désgagrément.

Mais là, évidemment le problème porte une toute autre dimension. Je le rappelle la RIAA, c’est l’antéchrist incarné pour tout internaute téléchargeant de la musique sur Internet via peer-to-peer. Ce lobby de l’industrie musicale américaine traque elle même les internautes pour les assigner en justice. Bref, c’est un vrai flic de l’Internet. On passe donc à de la délation, et là on change d’échelle, bien sûr.

En même temps, cette polémique ne fait que renforcer une idée que je me fais : le modèle économique du business web 2.0, ce sont les données personnelles. On ne vend pas du « temps de cerveau disponible » comme pour la télévision, ou bien un bien un bon référencement comme pour Google. Non, avec les réseaux sociaux, on vend ses « clients ». Reste que cela ne plait pas forcément aux dits « clients » !


About the Author

Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention. Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international. J’y ai créé et dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales. J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.



Back to Top ↑
  • A propos

    Ce blog a pour objet de réfléchir sur les médias sociaux avec comme objectif premier de poser des questions, plus que de donner des réponses… soit… cela paraît plus facile. Mais les blogs sont là pour lancer des conversations comme le dit Brian Solis. « Mais où est-ce qu’on est ? » explore donc les médias sociaux et s’intéresse à leurs rôles sur le web, dans la société et les changements qu’ils apportent dans nos comportements quotidiens.

  • L’auteur

    L’auteur de ce blog s’appelle Anthony Besson. C’est moi ;-). Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention.

    Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international où j’ai dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales.

    J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.