Non classé no image

Published on juin 1st, 2009 | by Anthony

0

Twitter, micro-communauté de communautés

Qu’est-ce qui différencie Twitter des autres réseaux sociaux de type Facebook, Linkedin et consors ? Au delà des différences fonctionelles entre ces différents outils de networking, Twitter propose un modèle de construction communautaire que je trouve particulièrement différent. Je m’explique …

Les Social Media permettent de rester connecté avec ses amis, sa famille ses collègues. Au delà des ces 3 cercles, il est encore possible de créer des  communautés d’intérêts. Les groupes facebook peuvent ainsi se créer autour d’un lieu, d’une passion, d’une star, ou encore d’un sujet politique. Les groupes linkedin et viadeo, quant à eux, s’inscrivent dans une définition plus économique : on s’inscrit à tel groupe : aérospatial, IT parce que l’on travaille dans ce secteur ou que l’on s’y intéresse. Bref ces Social Media sont construit sur un modèle traditionnel de communauté dont les liens tournent autour d’un intérêt particulier ou bien parce que nous connaissons les personnes.

Mais qu’en est-il de Twitter ? Pourquoi suivont-nous tel ou tel compte ? Il y a d’ abord les amis (quoique pour ma part, peu de mes amis sont sur Twitter). Puis les collègues, les connaissances… d’accord, ca ne change pas beaucoup de Facebook. De même, Twitter permet lui aussi de former des groupes d’intérêts. Mashable relève ici quelques sites tiers qui proposent un tel service. Ainsi, concrètement, Grouptweet, Twitterworks, ou encore Twittangle permettent de créer des groupes de follwers distincts auxquels on peut alors envoyer des tweets « privés ». Donc Twitter permet lui aussi de créer des groupes,  et donc en un sens de trier ses followers.

Twitter pourrait donc apparaître comme un service similaire, avec ses groupes, ses amis, … Cepedendant, une chose me fait tiquer. Quid du groupe « racine » ? En effet le premier groupe sur Twitter, c’est d’abord celui composé de l’ensemble de ses followers. Or, dans cette liste de followers, tout le monde se cotoie : de l’ami, à la relation professionelle, à la famille, au journaliste, à l’influenceur… Bref, peu de liens entre toutes ces personnes. Mais surtout, beaucoup de personnes que l’on ne connait pas finalement. Pour ma part, je suis beaucoup de personnes différentes parce qu’elle twittent en relation avec mon boulot, ou sur des sujets dont j’ai envie de rester informé.

Donc qu’est-ce qui unit ce groupe « racine », si ce n’est la personne « followed » ? En effet, le seul point commun du groupe, c’est qu’ils suivent le même « tweepie » (ca veut dire « ami » sur twitter). Twitter permet donc la fomation de communautés autour d’individus. Et dans ces communautés,  c’est l’individu qui forme le noyau de cohésion. Ce schéma peut faire penser au modèle de construction des religions monothéistes ou encore des sectes. Ici un tweet de Michelle Blanc (son blog) qui illustre de manière intéressante ces propos :

Chaque fois que je parle de mes followers à Bibitte, elle croit que je deviens une sorte de papesse de ma religion!!!

Bien sûr, Michelle plaisante ici. Et effectivement, Twitter n’a rien a voir avec la religion et encore moins les sectes. Ces communautés ont des liens très lâches et n’on aucune règles spéciales à respecter (si ce n’est la courtoisie et d’éviter le spam).  Les sujets de tweets sont libre, et chacun est libre de cesser son « abonnement » quand il le veut. De plus, suivre une personne sur Twitter n’est pas exclusif. A l’opposé même : les communautés s’entrelacent et se recoupent pour former un réseau des plus décentralisés.

Bref ce que j’apprécie dans Twitter, et je pense sincèrement que c’est ce qui en fait sa force, c’est justement ce modèle décentralisé et anarchique de construction communautaire.  A l’opposé de Facebook, ou Linkedin qui copient « online » les modèles de construction communautaire traditionnels (familles, collègues, amis), Twitter  lui s’inspire clairement du modèle « Internet » : un réseau de réseaux, décentralisé, sans lois, et sans contraintes.

Twitter reprend donc le schéma d’araignée d’Internet qui en a fait son dynamisme et sa rapide expansion, en créant des micro-communautés de communautés. Micro-communautés parce que les communautés se concentrent autour de l’indidivu, et parce qu’elles satellisent autour d’elle des followers qui ont eux même leur propre communauté Twitter.

Qu’en pensez-vous ?


Tags: , ,


About the Author

Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention. Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international. J’y ai créé et dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales. J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.



Back to Top ↑
  • A propos

    Ce blog a pour objet de réfléchir sur les médias sociaux avec comme objectif premier de poser des questions, plus que de donner des réponses… soit… cela paraît plus facile. Mais les blogs sont là pour lancer des conversations comme le dit Brian Solis. « Mais où est-ce qu’on est ? » explore donc les médias sociaux et s’intéresse à leurs rôles sur le web, dans la société et les changements qu’ils apportent dans nos comportements quotidiens.

  • L’auteur

    L’auteur de ce blog s’appelle Anthony Besson. C’est moi ;-). Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention.

    Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international où j’ai dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales.

    J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.