facebook no image

Published on juillet 30th, 2009 | by Anthony

0

Wave 4 : vers plus d’intégration des réseaux sociaux ?

Universal Mc Cann sort donc Wave 4, la 4 ème édition de son rapport annuel sur les médias sociaux (cf : RWW). Le rapport comme à son habitude compare les données entre Wave 1, 2, 3, et donc maintenant 4 afin de déterminer les tendances les plus fortes dans les comportements des internautes et leur consommation de médias sociaux.

Pour la France, quelques tendances à souligner tout de même, dont un chiffre particulièrement intéressant puisque ce sont aujourd’hui 50,1% des internautes interrogés (16-54 ans) qui se sont créé un profil publique sur un réseau social alors qu’ils n’étaient que 35,6% lors de Wave 3 en 2008. Clairement, on peut dire que cette progression est à mettre sur le compte de Facebook qui vient de franchir la barre des 10 millions de français inscrits comparés à 2 millions en mai 2008. Facebook s’est donc bien implanté dans la vie des internautes français.

Image2

Source Mashable.fr : http://fr.mashable.com/2009/03/24/facebook-france-9-millions-de-membres/ et http://fr.mashable.com/2009/01/12/facebook-france-67-millions-de-membres/

Cette progression met la France dans la moyenne puisqu’elle accusait un léger retard par rapport à autres pays lors de Wave 3. Mais Wave 4 nous dit aussi des choses intéressante sur l’augmentation continue de l’usage de photos ou de vidéos en tant que médias sur Internet : alors qu’ils n’étaient que 45% des membres de réseaux sociaux à mettre en ligne des photos lors de Wave 3, les voilà maintenant près de 76%. De même pour la vidéo qui voit son utilisation au sein des réseaux sociaux passer de 16,9% à 33%.

La technologie y est pour beaucoup, puisqu’il est devenu plus facile de mettre en ligne sur Flickr, Twitter, Facebook ou autre une photo prise sur l’instant. L’invite de Facebook est pour le moins explicite et a évolué : il ne s’agit plus maintenant seulement de dire à quoi on pense, mais bien de s’exprimer par tous les moyens possibles : photo, vidéos, ou toute autres choses ….

FireShot Pro capture #128 - 'Facebook I Accueil' - www_facebook_com_home_php

De même, la propagation des smartphones (+13% en 2009 selon Gartner) qui favorisent l’usage de l’internet mobile contribue assurément à cette progression. La technologie est donc le terreau indispensable à ces nouveaux usages, combiné certainement à un mimétisme qui finit par créer un comportement social devenu alors commun. Je recommande en aparté cette vidéo de Michael Welsh sur YouTube, très intéressante.

C’est donc bien l’intégration qui fait avancer le schmilblik ! L’intégration de quoi ? Et bien des médias sociaux entre eux. Alors qu’il y a peu on pouvait encore associer YouTube à la vidéo, Flickr aux photos, Twitter au micro-blogging, ou Facebook à un réseau social, la tendance à l’intégration redistribue les cartes. Si l’on peut dire que YouTube, Flickr, ou Twitter sont aussi des réseaux sociaux dans le sens ou l’on y créer un profil, une identité online, et  que l’on y échange/partage avec les autres membres, on ne peut pas dire que YouTube permette le microblogging, ou encore que Flickr permette la vidéo… Clairement, le service qui aujourd’hui réussit le mieux son intégration, c’est bien Facebook !

Le web, ce n’est pas que du texte, mais bien de l’hypertexte, des images du son et de la vidéo. En offrant la possibilité d’ajouter et de partager tous ces nouveaux contenus, Facebook veut-il devenir le web ? Ou est-ce que cette tendance à l’intégration se retrouve chez d’autres acteurs ? Les services tiers de Twitter permettent également de plus en plus de mettre en ligne et de partager des photos, vidéos, etc…

Et c’est cette intégration qui fait la réussite de ces services. De là à dire qu’il y a une compétition ? Une guerre de l’intégration pour toujours plus de services et d’outils ? En tous cas le processus est là, et attire les utilisateurs …

Pour ceux que cela intéresse :

Sur Slideshare par Olivier.mermet.


About the Author

Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention. Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international. J’y ai créé et dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales. J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.



Back to Top ↑
  • A propos

    Ce blog a pour objet de réfléchir sur les médias sociaux avec comme objectif premier de poser des questions, plus que de donner des réponses… soit… cela paraît plus facile. Mais les blogs sont là pour lancer des conversations comme le dit Brian Solis. « Mais où est-ce qu’on est ? » explore donc les médias sociaux et s’intéresse à leurs rôles sur le web, dans la société et les changements qu’ils apportent dans nos comportements quotidiens.

  • L’auteur

    L’auteur de ce blog s’appelle Anthony Besson. C’est moi ;-). Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention.

    Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international où j’ai dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales.

    J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.