analyse no image

Published on août 2nd, 2010 | by Anthony

2

Tentative de définition des médias sociaux 2/2

Nous avons dans le post précédent énuméré les principales définitions des médias sociaux existantes sur le web. Tentons à notre tour d’esquisser une définition en commençant par énumérer les points clés de ce que sont les médias sociaux :

Qu'est-ce que les médias sociaux ?

1) Une même matrice : Décortiquons le terme : « social media » et commençons par média. Qu’est-ce qu’un média ? D’après Wikipedia, un média décrit un « moyen de communication, naturel ou technique, qui permet la transmission d’un message ». Les médias sont donc des canaux par lesquels circulent à plus ou moins grande échelle des messages, des informations, des histoires. Intéressons-nous donc aux canaux : les messages que transmettent les médias sociaux empruntent le réseau Internet.  La vérité est qu’il faut tout d’abord, à mon avis, s’intéresser à la matrice de ces médias sociaux : Internet. On pourrait alors dire en paraphrasant la définition d’Internet, réseau des réseaux, que les médias sociaux forment des réseaux de diffusion inter-connectés. En fait, quand on y regarde de plus près, le concept que recouvre l’expression « médias sociaux » existe lui depuis bien longtemps. Il est tout simplement dans les gènes de l’Internet depuis ses débuts. Dans un certains sens, les facebook et autres twitter ne sont que des versions plus évoluées des premiers systèmes de communication utilisant le réseau Internet – tel le réseau de forums Usenet dans les années 80. Alors même si le terme de “médias sociaux” est récent, on peut dire qu’il recouvre un champs bien plus large que ce qu’on lui prête actuellement. Cette définition paraît cela dit trop technique et néglige encore nombre de points vu dans le post précédent. Mais c’est un début… Complétons là en s’intéressant à la notion de « social »…

2) Les médias sociaux et le web 2.0 : c’est un aspect trop largement ignoré des définitions, mais effectivement, les médias sociaux tels qu’on les connaît aujourd’hui sont bien issu de cette vague de nouveaux sites internet groupé sous l’expression de web 2.0 popularisée par Tim O’Reilly. Tim O’Reilly et Dale Dougherty, l’inventeur du concept, partent alors d’une analyse empirique qui voyait en 2005 la naissance de nouveaux sites Internet, dont les objectifs, similaires à bien d’autres, présentaient néanmoins un système de fonctionnement radicalement différent, exploitant le plein potentiel de la structure du réseau, où le contenu était produit par leurs consommateurs ! C’est bien là une caractéristique fondamentale des médias sociaux : leurs contenus sont produits par ceux qui les consomment. Leurs auteurs sont aussi leurs lecteurs.

3) Et la notion de communauté là dedans ? : les médias sociaux ne sont pas des systèmes de communication privés, mais ouverts, à destination de groupes publics élargis. Ils ne sont pas utilisés en vue d’une communication bi-directionelle, ni même d’une communication de masse. Elle émane d’un émetteur et à vocation à atteindre un groupe de lecteurs/consommateurs définis : les amis, la famille, le lectorat d’un blog, son groupe de “followers” sur twitter… Ce sont ces communautés qui forment l’audience de l’émetteur. On est donc loin du one-to-many ou du many-to-many. L’idée de la communication au sein des médias sociaux serait plutôt du type one-to-group si on veut.

4) Une information en construction : c’est ce que sous-tend la notion d’interactivité. Les médias sociaux ne sont pas simplement des moyens d’émettre des messages, ils permettent l’échange d’information, la communication multi-directionelle. C’est là une des clés que pressent le mot « social ». Les médias sociaux sont des espaces de discussion : des agoras. Dans ce système, l’information n’est pas finie : elle n’est pas un construit imposé par le rédacteur à ses lecteurs : elle est une information en devenir, que les lecteurs peuvent/doivent continuer. Ils sont une invitation à la discussion plus qu’un postulat.

L’esquisse d’une définition

Récapitulons : nous avons 4 éléments clés de ce que sont les médias sociaux.

  1. Une infrastructure de distribution de l’information en forme de réseau, où chaque point peut communiquer vers n’importe quel sous-ensemble
  2. Un système dans lequel les récepteurs sont aussi les émetteurs, les consommateurs les producteurs
  3. Une audience qui est constituée de communautés définies
  4. Une information en construction, en devenir

Tentons une définition :

Les médias sociaux désignent un ensemble de systèmes collaboratifs inter-connectés de production/consommation de l’information, organisés selon des groupes sociaux issus de matrices sociales existantes : famille, entreprise, école, réseaux d’amis, groupes de personnes partageant un intérêt commun ou une culture commune…

Cette définition semble éviter les écueils évoqués dans le post précédent et résume les points caractéristiques des médias sociaux que l’on a déterminé. Elle met également le doigt sur une erreur que l’on retrouve à mon sens dans nombre de définitions. Les médias sociaux ne définissent pas les plateformes  qui hébergent ces systèmes, mais les groupes sociaux d’utilisateurs eux-mêmes. Ainsi, facebook ou encore twitter ne sont pas des médias sociaux. Ils ne sont que les plateformes qui permettent d’héberger des médias sociaux. Et ces médias sociaux, ce sont les communautés qui les utilisent : c’est à dire nous ! Le « social media », c’est l’internaute interconnecté.

Cette définition n’est évidemment également qu’une esquisse, une brique supplémentaire au puzzle… il ne saurait cerner tout à fait le concept qu’il veut définir : d’une part car l’usage des médias sociaux va continuer à changer avec le temps, et d’autres part parce que les technologies vont également continuer à évoluer et à apporter de nouveaux possibles, de nouveaux canaux, infrastructures qui permettront à leur tour de nouveaux comportements et détournements de leur fonctionnalité première vers de des usages encore inconnus.

Tags: ,


About the Author

Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention. Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international. J’y ai créé et dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales. J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.



Back to Top ↑
  • A propos

    Ce blog a pour objet de réfléchir sur les médias sociaux avec comme objectif premier de poser des questions, plus que de donner des réponses… soit… cela paraît plus facile. Mais les blogs sont là pour lancer des conversations comme le dit Brian Solis. « Mais où est-ce qu’on est ? » explore donc les médias sociaux et s’intéresse à leurs rôles sur le web, dans la société et les changements qu’ils apportent dans nos comportements quotidiens.

  • L’auteur

    L’auteur de ce blog s’appelle Anthony Besson. C’est moi ;-). Je suis doctorant à l’université Paris X en Science de l’Information et de la Communication sur le sujet de la circulation de l’information sur Internet et de l’économie de l’attention.

    Je suis également fondateur de Digicomstory, la petite agence de communication experte en Digital. Avant de fonder Digicomstory, J’ai travaillé plusieurs années dans un grand groupe de relations publiques international où j’ai dirigé le département Digital au sein duquel j’ai conçu de nombreux programmes de communication web pour de grandes marques françaises et internationales.

    J’ai été formé à la communication sur les médias sociaux aux Etats-Unis, à Austin TX. Je suis titulaire d’une licence d’économie, d’une maîtrise en science politique et d’un Master en stratégies de communication internationale.